Selongey


Côte-d'Or Tourisme©S. Lepaul


Chapelle Sainte Gertrude


Église Saint-Rémi


© André Beuchot

Maire LEGUAY Gérard
Secrétaire de Mairie MINOUX Laurence
Adresse Place de la Mairie - 21260 Selongey
Tél. 03 80 75 70 74 Fax 03 80 75 56 65
Email contact@ville-selongey.fr
Site www.selongey.com
Horaires d'ouverture Lundi 10h-12h et 16h-18h, Mardi 10h-12h et 16h-18h, Mercredi 10h-12h et 16h-18h, Jeudi 10h-12h et 16h-18h, Vendredi 10h-12h et 16h-18h, Samedi 9h-12h
Population 2391 habitants. Les Selongéens
Altitude 278 mètres Superficie 4536 ha
Situation géographique Latitude: 47° 35' 16'' Nord - Longitude: 5° 11' 8'' Est
Communauté de Communes CC Tille et Venelle
Canton IS-SUR-TILLE

Je suis fan de ma commune

Présentation

Traversée par la rivière la Venelle, la commune de Selongey est située à mi-chemin entre Dijon et Langres.
Elle bénéficie d'une position très privilégiée au coeur d'un carrefour de voies de communication importantes.
Selongey renferme des vestiges préhistoriques et de l'époque romaine, en particulier, la villa gallo-romaine des Tuilières dont le mobilier exhumé est actuellement au musée archéologique de Dijon.

Plus d'infos

Espace Info Services -
Rue du Rang Pastourelle -
Tél. 03 80 75 21 47
La ville de Selongey est jumelée avec Gundersheim en Allemagne.



Tourisme & Patrimoine

Village Fleuri

Eglise Saint-Rémy, origine XIIIè siècle. Classée Monument historique. Orgue du XIXème siècle. Cette église est dotée d'un carillon de 48 cloches
Chapelle Saint-Gertrude, XVIè siècle.
Chapelle Sainte-Anne, XVIIè siècle.
Sculpture du Dieu de pitié représentant le Christ assis pieds et mains liés.
Maisons anciennes, XVè et XVIè siècles.
Vestiges préhistoriques - Vestiges de l’époque romaine ; villa gallo-romaine des
Tuilières dont le mobilier exhumé est visible au Musée Archéologique de Dijon.

Chapelle Sainte Gertrude

Église Saint-Rémi



Le saviez-vous ?


SELONGEY.
Nous voici au pays de la Cocotte-Minute SEB (Société d'Emboutissage de Bourgogne), inventée par les frères Lescure et commercialisée en 1953. Auparavant, Denis Papin en 1679, avec son "Digesteur", et l'"Auto-Thermos" des ateliers de Boulogne présenté en 1926, avaient débroussaillé la technique des autocuiseurs. Roland Devedjian inventa en 1948, des autocuiseurs en fonte d'aluminium commercialisés sous le nom de "Cocotte-minute". Mais la société en faillite fut rachetée par la Société d'emboutissage de Bourgogne. En janvier 1953, Frédéric Lescure lance la "Super-Cocotte SEB" et dépose l'appellation "Cocotte-minute". Fabriquée en aluminium embouti, elle est à la fois plus solide, plus légère, mais surtout, plus économique. 500 000 exemplaires sont vendus en 1960, 1 727 733 en 1975 ! Connue dans le monde entier grâce à ses autocuiseurs, grille-pains, cuiseurs vapeur, friteuses…, la société SEB ne cesse depuis d'étendre avec succès ses activités. Mais l'histoire de la Cocotte-Minute est aussi celle d'une famille dont plusieurs générations se sont succédé à la tête de l'entreprise fondée par Antoine Lescure qui installa un atelier de ferblanterie à Selongey en 1857. La première presse à emboutir fut achetée en 1904 par René Lescure. En 1926 l’entreprise devint "Manufacture de Ferblanterie Lescure Petits-Fils" et lança un passe-lait, premier produit réalisé avec la technique d'emboutissage. Il fallut attendre 1944 pour voir apparaitre la S.E.B. (Société d’Emboutissage de Bourgogne). Notons que pendant la seconde guerre mondiale, l'entreprise réquisitionnée fabriqua des masques à gaz.
Mais l'histoire locale débute au camp préhistorique de Montfourose ou Mont Fosse Rose, installé sur une barre rocheuse au nord-ouest de Selongey. Il témoigne de l'occupation lointaine du secteur par l'homme. Plus tard, les romains s'installèrent à leur tour. Un homme gallo-romain, Sollumniacus, laissa sans doute son nom à la ville, puisqu'on note en 1101, Solengius. On découvrit de nombreux vestiges prouvant la présence d'une ville gallo-romaine importante et un sanctuaire dédié à Minerve. Une statuette est conservée au musée archéologique de Dijon. Plusieurs voies traversaient la contrée. L'une passant par Selongey, reliait Autun à Langres, une autre venant de l'Aube, la route de l'étain, descendait à travers la plaine de Selongey. Lors des reconnaissances aériennes réalisées en 1973 pour définir le tracé de l'autoroute, on découvrit la villa gallo-romaine des Tuillières, construite au IIe après notre ère. Elle fut incendiée, lors des déferlements barbares entre 256 et 268. Elle regroupait curieusement une fonction agricole et une fonction thermale.
Par la suite, la cité se développa et on y pénétrait par quatre portes. La traversée des siècles ne fut pas de tout repos : elle fut prise par Philippe le Bon en 1432, brûlée en 1473 par les Français, détruite partiellement par Galas en 1636. Plus tard, elle est citée pours ses fabriques de draps, de chapeaux, filatures de laine, tanneries, distilleries d'eau-de-vie, ruchers… Six foires par an s'y tenaient et on vendait vins, fruits, légumes, laines, chevaux, moutons…
Aujourd'hui, la ville se répartit sur les deux rives de la Venelle qui actionnait un foulon à deux kilomètres en amont. Elle est enjambée par plusieurs ponts. Le plus beau à la sortie ouest de la ville, compte trois arches et porte fièrement un calvaire. Il est accolé à un ancien moulin et, dans le jardin voisin, on observe une grotte de rocaille. Un peu plus loin, une fine passerelle donne accès à un petit lavoir.
En fond de vallée, les usines SEB s'allongent le long de la rivière enjambée par une multitude de passerelles, souvent en dalles de calcaire. Elle est bordée de quais piétonniers agréables et en les longeant, on croise côté est, un petit lavoir. Un pont permet de joindre l'église à la mairie, imposante, à laquelle on accède grâce à une large passerelle. Sa longue façade ornementée rappelle qu'elle abrita aussi le Tribunal de Paix, la salle d'asile et l'école.
En rive droite, la belle église Saint-Rémi XIIIe couverte en laves, fut autrefois fortifiée. Elle fut modifiée aux XVI, XVII et XVIIIe, le clocher ayant même été déplacé vers l'est au XVIe. Sous le porche début XVIIe d'inspiration Renaissance, une jolie porte en plein cintre à tympan tréflé permet de pénétrer dans l'édifice où chaque pilier est décoré par la peinture d'un apôtre. Un escalier et une porte latérale également en plein cintre, donnent aussi accès à l'édifice. À l'intérieur, on observera la magnifique croisée d'ogives du chœur. Cette église ravira aussi les mélomanes. On y trouve un orgue Widor de 1892, transféré à Selongey en 1986 et dans le clocher, un carillon XIVe qui compte 48 cloches. L'une d'elles, visible de l'extérieur, servait autrefois à alerter la population. On la surnommait la "braillarde". Il en subsiste peu actuellement dans notre pays. Assez curieuses, plus larges que hautes, ces cloches émettaient un son agressif qui portait loin. Les observateurs remarqueront les traces d'un cadran solaire. On raconte ici que jadis, les jours de mariage, le prévôt avait le droit d'aller embrasser l'épousée sous le portail de l'église, en lui présentant 10 deniers. Curieusement, il en recevait alors 20 d'elle, une pinte de vin et un plat de viande ! Au XVIIIe, elle ne rendait plus que 5 deniers en tout et pour tout ! Sur les hauteurs de l'église, un pigeonnier rond se cache dans un parc. À deux pas de l'église, le bâtiment de la Poste retient l'attention avec ses fenêtres supérieures ornementées. En face, de l'autre côté de la rue, une demeure arbore une tour hexagonale ouverte par une jolie porte. En restant sur la rue supérieure, on croise un ancien séchoir à houblon, une maison protégée par un mur en pierre percé de deux portes entourées de bossages rustiques fière de son pigeonnier carré, une maison de maitre au monumental portail XVIIe et le quartier du Chalet avec ses constructions rehaussées de briques rouges. Fondée en 1950 avec l’aide de Frédéric Lescure, une école ménagère tenue par des sœurs Dominicaines y fonctionna jusqu'en 1992.
En rive gauche, la place des Halles exhibe une fontaine ornée d'un petit obélisque. De belles demeures de maîtres attirent le regard, comme celle qui accueille aujourd'hui le centre de loisirs. À une centaine de mètres au nord-ouest, on trouve un joli pigeonnier carré. Une autre demeure, dominant un grand parc longé par la rivière, s'honore d'une tour carrée encastrée faisant pigeonnier et d'une orangerie proche de la mairie. On croise de belles maisons des XV-XVIe et on admire des tourelles d'escalier rondes ou octogonales, des façades à pans de bois. Comme dans toute la ville, les pierres de réemploi attirent le regard de tous les côtés. Dans les alentours du Champs de Mars, espace de verdure qui s'étire près de la piscine, se serait dressé jadis un château fort dont Philippe Le Bon aurait fait détruire la dernière tour en 1432. Plus tard, en contrebas, les Comtois brûlèrent en 1638, une demeure seigneuriale. Sur son emplacement furent édifiées deux maisons mitoyennes ornées de fenêtres à accolades pour la plus petite, de fenêtres à meneaux et accolades pour la plus haute.
Alors qu'ils allaient succomber sous les coups de brigands de grands chemins, des voyageurs invoquèrent sainte Gertrude. Aussitôt, les bandits s'enfuirent. En hommage à cette intervention miraculeuse, on dressa au XVIe la chapelle Sainte-Gertrude, dotée de deux portiques. Évidemment, tout le monde ne partage pas cette version… "historique". La chapelle aurait été édifiée en 1530, suite au vœu d'un marchand de draps originaire de Nivelle, sur l'emplacement d'une chapelle plus ancienne, ou peut-être, d'un temple païen. Elle se démarque par ses deux portiques à colonnades et son fin clocheton et protège une statue de sainte Gertrude, reconnaissable aux souris accrochées à son manteau. Elle est invoquée pour la sauvegarde des voyageurs et les dégâts des souris et des rats. Sur le côté de la chapelle, une stèle explique la plantation en l'an 2000, de 32 arbres symbolisant la naissance des 32 enfants à Selongey pour le nouveau millénaire.
Entre la chapelle et la ville, au bord de la route, un oratoire XVIIe abrite un Christ assis, pieds et mains liés, la tête couronnée d'épines, surnommé Dieu de Pitié. On raconte qu'au XVIIIe siècle, un individu ayant insulté la statue fut paralysé sur le champ. Il fallut l'exorciser pour lui rendre l'usage de son corps.
À guère plus d'un kilomètre de Selongey, au bout de la combe Craâ, la modeste chapelle XVIIe Sainte-Anne s'entourait jadis d'un cimetière pour les lépreux et pestiférés. On rapporte que Nicolas Roth, un enfant de 6 ans ½, fut attaqué et dévoré par les loups en 1793 alors qu'il cueillait les mûres avec 4 camarades. On raconte également qu'un animal légendaire hantait jadis les environs, le Grand Serpent de la Craâ. Enfin, quand sainte Anne et sainte Gertrude se promènent ensemble sous l'habit de Dames Blanches, les buissons prennent une couleur rousse sur leur passage. Par ailleurs, les rainures visibles dans la roche du chemin des Tertres ne sont autres que les griffes du Diable.
Moins de deux kilomètres au nord-est de Selongey, coule la fontaine de Vaussel décorée de rocailles, autrefois très populaire.

À Selongey, une anecdote affirme qu'au XVIIe, quand l'armée de Gallas ravagea la région, trois jeunes filles qui avaient tardé à s'y replier, furent attaquées par les soldats. Craignant plus pour leur honneur que pour leur vie, elles se défendirent courageusement, à grands coups de tison avant de plier sous le nombre. Couvertes de blessures, humiliées, elles gagnèrent les rouissoirs, se prirent par la main et se précipitèrent dans l'eau.
Au pied de la grotte du Vieux Monsieur qui fut certainement habitée, dans les roches de Thenay hantées par les fées qui s'y retrouvent hebdomadairement, repose un cube de roche de deux mètres de côté appelé Roche Tombée. Les fées se retrouvaient également au Creux de Saussy, dans la forêt de Grandmont dont les branches entrelacées des arbres formaient couchettes et sur le coteau de Bel Air. Là, la Pierre Virant aujourd'hui disparue, s'animait quand on récitait l'évangile selon saint Jean, le jour de la fête du saint. Quant à la grotte des Sorciers, elle fut habitée par les sorciers bien sûr ! À l'ouest, au bord de la Venelle, quelques abris sous roches se prolongent par des embryons de galeries.
Côté traditions, on rapporte que pour l'Épiphanie, le roi désigné, les verres remplis, on devait crier : le roi boit, le roi boit, quand il portait la coupe à ses lèvres, sous peine de se faire barbouiller. Puis quand il avait bu, ses voisins lui essuyaient les moustaches et l'encensaient symboliquement avec des chaufferettes. Plusieurs fermes se dressent loin de la ville.
N'oublions pas de citer la ferme de Brottes à l'est, qui possédait un four à pain, la ferme de Barme au nord, forte de sa grosse tour carrée qui pourrait être templière, ou encore plus au nord, la ferme de Mont.
André Beuchot


© André Beuchot

 


Retrouvez toutes les villes, tous les villages et hameaux de Côte-d'Or dans "Curieux de Côte-d'Or".  En vente en librairie. En savoir+


Vie Sociale

Résidence pour personnes âgées. Foyer Logement Mutualiste. 16 B, rue des Moutons. Tél. 03.80.75.75.02
Ecole Maternelle. Tél. 03.80.75.75.94. Ecole Primaire Tél. 03.80.75.73.37. Cantine scolaire. Garderie Municipale.
Collège Champ Lumière ; Rue de Villey - 03 80 75 20 10 -
Centre de loisirs : A.L.E.J Association Loisirs Enfance Jeunesse.Espace Info Services - rue du Rang Pastourelle - 21260 Selongey Tél. 03.80.75.72.80 (périodes scolaires) 03.80.75.73.24 (pendant les vacances).
De nombreuses associations ; Sports - Culture - Nature et autres. (www.selongey.com)

Economie & Développement

Tous commerces et services de proximité, Artisans. (Voir sur www.selongey.com)
A noter qu'un magasin d'usine SEB est ouvert en permanence dans la ville de Selongey.
Selongey est le siège historique de la Société d'Emboutissage Bourguignonne mieux connue sous le nom de SEB. Visitez l'usine de fabrication de la célèbre cocotte-minute.
Tel. 03 80 75 44 44 / Fax. 03 80 75 52 31
http://www.seb.fr ; sebaccueil@seb.fr

Vous souhaitez vous installer sur la commune ou à proximité ? Des opportunités foncières et/ou immobilières sont peut-être déjà disponibles... Rdv sur www.investincotedor.fr


 


 



Que faire ?

Marché le samedi matin, Place des Halles, environ 6 commerçants.
Piscine municipale de Selongey
Rue Sainte-Anne 21260 SELONGEY
Tel. 03 80 75 70 75, 03 80 75 70 74 / Fax. 03 80 75 56 65
contact@ville-selongey.fr
http://www.ville-selongey.fr
Bassin découvert 25 x 12,50 m, pataugeoire, jardin.


Fan de ma Commune

Soumettre un commentaire

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à améliorer votre expérience utilisateur.

J'accepte Non, en savoir plus