Le Parc national de forêts présente sa feuille de route structurante visant à renforcer l'attractivité des territoires en 2023

25 janvier 2023

Alors que certains parcs nationaux fêteront leur 60ème année en 2024, le Parc national de forêts a fêté ses 3 ans le 6 novembre 2022. Nombreuses sont les réalisations et encore plus nombreux sont les projets nés durant ces années. Certains chiffres sont encourageants comme les 400 000 visiteurs comptabilisés entre mai et octobre 2022. L'effet Parc nationnal annoncé semble réel et il bénéficie de l'intérêt grandissant pour le tourisme et les loisirs de nature. Après une année 2022 qui a vu se réaliser des projets structurants pour le Parc, Philippe Puydarrieux présente un constat positif et des objectifs ambitieux.

L’année 2022 a constitué pour le Parc national de forêts une année intensive de construction et d’institutionnalisation de l’établissement public. Le cadre de son action est désormais posé avec une équipe constituée, des locaux fonctionnels et une implantation géographique qui s’est diversifiée.
L’année 2023 sera une année de transition entre la finalisation de cette installation et le passage à une phase de maturation. Elle doit en priorité stabiliser le cadre stratégique de l’action de l’établissement public et finaliser l’organisation des relations entre le Parc national et ses différents partenaires.

Adhésion de 15 nouvelles communes au Parc 
La campagne d’adhésion à la charte a été lancée officiellement le 3 mars 2022 par le Conseil d’administration du Parc national de forêts. Sur les 32 communes non adhérentes, 24 ont participé à des échanges notamment à l’occasion de réunions coorganisées par Mesdames les Sous-Préfètes de Langres et de Montbard. Ces échanges ont pu avoir lieu lors d’entretiens avec les Maires, avec les conseils municipaux ou encore à l’occasion de réunions publiques.
Le 10 novembre dernier, le Conseil d’administration du Parc national de forêts a approuvé la demande d’adhésion des 15 communes en ayant fait la demande. 

Les bénéfices de l’adhésion des communes portent sur l’appellation protégée «Commune du Parc national», la possibilité pour les acteurs économiques de bénéficier de la marque Esprit Parc national–forêts, sur l’ingénierie technique et financière de l’établissement public du Parc national, les subventions pour la réalisation d’actions concourant à la mise en œuvre de la charte, et la prise en compte particulière du statut d’aire d’adhésion dans la programmation financière de l’État.

Les 15 nouvelles communes adhérentes
- Côte-d’Or –10 communes
Ampilly-le-Sec, Beneuvre, Chaugey, Courlon, Etalante, Etrochey, La Chaume, Lignerolles, Lucey, Maisey-le-Duc
- Haute-Marne –5 communes
Bay-sur-Aube, Coupray, Noidant-le-Rocheux, Rivière-les-Fosses, Vitry-en-Montagne

Accueil du public
> Création d’un centre d’interprétation de «truffe de Bourgogne»à la maison du Parc national –Maison de la Forêt de Leuglay :
Développé entre octobre 2022 et juillet 2023, ce centre d’interprétation vient renouveler le parcours d’exposition permanente de la Maison du Parc national de forêts –Maison de la Forêt de Leuglay (21). Deux salles sont désormais dédiées à la truffe de Bourgogne: le premier espace, qui prend la forme d’un cabinet de curiosités, plonge le visiteur dans la vie de ce champignon et ses interconnexions avec la forêt et ses occupants. Le second espace organisé autour d’une table présente la place de choix faite à la truffe dans les pratiques culturelles et gastronomiques de l’antiquité à nos jours. Un deuxième volet d’aménagements est en cours en extérieur. Il doit guider le visiteur jusqu’à la truffière pilote située au-delà de l’Ource, pour lui faire découvrir les travaux et expérimentations menés aujourd’hui pour préserver et mieux connaître ce champignon. Cette exposition est une collaboration étroite entre le Parc national de forêts et les associations de la Maison de la Forêt et de la Truffe Côte-d’Orienne. Au coeur du territoire du Parc national, elle concrétise le lien entre deux bassins trufficolesforestiers (Bourgogne-Franche-Comté et Grand Est) et s’inscrit pleinement parmi les objectifs de mise en valeur des patrimoines naturels que fixe la charte du Parc national. Cet aménagement représente un investissement de 135 000 €, qui profite pour l’essentiel à des artisans et entreprises de Côte-d’Or. Les matériaux naturels utilisés sont issus du territoire du Parc national de forêts.

> 4 «portes de coeur» pour accueillir et informer le public
Comme le prévoit la charte du Parc national de forêts, 4 «portes de coeur» sont en cours d’aménagement en lien avec la réalisation d’un schéma d’interprétation des patrimoines. Il s’agit de sites dotés d’équipements pour l’accueil du public et la mise en valeur des patrimoines emblématiques du territoire, au sein même du coeur réglementé du Parc national. La conception des abris en bois destinés à équiper ces sites a été confiée à l’agence d’architecture Correia de Saulieu. Le parti-pris architectural de ces abris s’inspire des huttes de charbonniers.
Les constructions étant réalisées sans impact sur le milieu et en utilisant des bois locaux. Les premières «portes de coeur» concernées par ces travaux d’équipement sont celles d’Arc-en-Barrois (Les Essarts) et de Châtillon-sur-Seine (Parcours de santé) où deux grands abris en chêne de 50m² sont en cours de construction.

Ces travaux ont débuté fin juillet et devraient être achevés au plus tard en janvier 2023. Ils ont été confiés à deux entreprises haut-marnaiseschargées de la maçonnerie, charpente et couverture. Dès le début de l’année 2023, la construction des deux autres abris va débuter sur les portes de coeur d’Auberive (enclos de vision) et Vals-des-Tilles (marais de Chalmessin). L’objectif est que ces 4 portes de coeur, où des panneaux d’information vont bientôt être mis en place, soient fonctionnelles et accueillent des animations pour la saison touristique 2023.

Un territoire durable
Mesures agroenvironnementales et climatiques (MAEC)
Pour accompagner la transition agroécologique des exploitations agricoles, le Parc national a répondu aux deux appels à projets des DRAAF Grand Est et Bourgogne Franche-Comté, pour permettre la mise en oeuvre des mesures agroenvironnementales et climatiques (MAEC) sur son territoire. Les mesures proposées aux exploitants agricoles dès 2023, encadrées par les nouveaux cahiers des charges nationaux, se focalisent sur la gestion des prairies permanentes (prairies humides, pelouses sèches, prairies riches en espèces), la recréation de prairies et de couverts spécifiques ou la gestion durable des haies.
Ces projets, élaborés en concertation avec les partenaires du territoire (Chambres d’agriculture, Conservatoire d’espaces naturels, EPAGE Sequana) évaluent les besoins en contractualisation portant sur 6 520 ha, soit 30 % des prairies permanentes. Ces demandes sont en cours d’instruction et pourraient toutefois, pour des raisons budgétaires, être revues à la baisse. Des demandes complémentaires de financement de l’animation et de l’accompagnement des exploitants agricoles ont été également faites auprès des deux DRAAF, afin notamment que les coûts de diagnostics et de plan de gestion (obligatoires dans les nouvelles mesures) ne soient pas totalement à la charge de l’exploitant. Les réunions d’information sur ce nouveau dispositif débuteront prochainement auprès des exploitants agricoles.

Déploiement de la marque Esprit parc national – forêts
En 2022, le réseau des bénéficiaires de la Marque Esprit parc national –forêts s’est agrandi. Deux commissions d’attribution (avril et novembre) ont ainsi validé l’attribution de la marque, sur la base des audits réalisés par les trois chargés de mission du Parc national oeuvrant au déploiement de ce label.
Pour leurs productions de fruits et légumes: les vergers-potagers du Château de Montigny (21), les Pigments du Jardin –Latrecey(52), les Chenevières de Colmierle Haut (52). La SafranerieTemplière de Receysur Ource (21) fait également partie des nouveaux bénéficiaires pour ses productions d’ail, d’échalote, de safran et produits safranés. Et pour leur miel et produits de la ruche: les vergers-potagers du Château de Montigny (21).
2022 fut l’année de labellisation des quatre premiers bénéficiaires sur des productions de céréales et oléo-protéagineux (COP) avec les farines du GAEC de Conclois-Bure-les-Templiers (21), les pâtes de la Ferme de Combe noire / Epate en Bourgogne -Coulmier-le-Sec (21), les farines, pains, brioches et lentilles de la Ferme de l’Aubette -Chambain (21) et le Pain de Courcelles -Saint Loup sur Aujon(52).


Deux rencontres de l’ensemble des bénéficiaires de la marque Esprit parc national –forêts se sont déroulées en mars et octobre. Une journée de formation spécifique pour les acteurs du tourisme en juillet est venue compléter ces rencontres.

Mise en place d’un protocole de mesure de l’impact économique du Parc national en partenariat avec l’INSEE
Le diagnostic du territoire établi pour la création de la Charte du Parc national de forêts identifie dans les enjeux principaux le maintien du tissu socio-économique. Le projet porté par la Charte doit en particulier concourir à renforcer l’attractivité du territoire, ce qui se traduit dans son ambition d’accompagnement des filières et d’incitation à l’innovation pour une ruralité vivante.
Cet engagement doit produire des retombées socio-économiques concrètes pour le territoire. Afin d’estimer ces effets, il est nécessaire de mettre en place un observatoire socio-économique du territoire, comme cela est d’ailleurs prévu à la Charte. Cet observatoire doit produire et suivre les principaux indicateurs socio-économiques que représentent les données démographiques, foncières et de développement économique. Il doit permettre d’évaluer la contribution du Parc national au tissu économique local, de suivre l’évolution des pratiques et de mettre à disposition de l’information pour les différents porteurs de projets. Il permettra également au Parc national d’orienter correctement son action afin de rester pertinent avec les besoins du territoire.
Pour ce faire, un partenariat a été mis en place avec l’INSEE afin de collecter les premières données et de mettre en place un protocole de suivi. Ce partenariat a permis la création d’un territoire fictif qui pourrait être le jumeau du territoire du Parc national. L’objectif est de pouvoir comparer sur le long terme deux territoires qui sont similaires à l’origine mais qui évolueraient différemment puisqu’un des deux territoires bénéficie de la mise en place d’un Parc national. Le territoire fictif est constitué par une moyenne de 16 EPCI qui ont des caractéristiques similaires aux EPCI constituant le Parc national de forêts. Les premières données confirment que les deux territoires sont bien similaires et présentent des évolutions démographiques et économiques semblables. L’objectif sera de mesurer si dans le temps, les deux trajectoires divergent ce qui indiquerait un effet de l’installation du Parc national sur les dimensions socio-économiques du territoire.


Pour 2023 le Parc national de forêt met en oeuvre une vision stratégique à toutes les échelles à travers trois documents cadres stratégiques afin de finaliser son cadre de travail.


Contrat d’objectifs et de performance (COP) 2024-2028
Il s’agira de construire, en collaboration avec l’Etat, le premier contrat d’objectifs et de performance fixant les orientations stratégiques et les modalités de mise en oeuvre de ces orientations pour les 5 prochaines années (2024-2028). Le COP sera présenté au Conseil d’administration de novembre 2023 pour approbation. Il doit être opérationnel dès le début 2024.

Stratégie scientifique
L’année 2023 sera également celle de la construction de notre stratégie scientifique en collaboration étroite avec le Conseil Scientifique du Parc national. Cette stratégie doit permettre d’identifier les enjeux de connaissance du territoire et de répondre aux besoins de connaissance nécessaires à l’atteinte des objectifs de la charte. Elle proposera une vision, et hiérarchisera les priorités en matière d’études ce qui facilitera la programmation budgétaire de l’établissement sur les sujets de connaissance. Elle proposera également le séquençage des études à engager. Cette première stratégie scientifique sera établie pour une période calée sur la durée du COP, soit sur 2024-2028. La stratégie scientifique sera présentée au Conseil d’administration pour approbation en novembre 2023.

Schéma d’interprétation du Parc national de forêts
Le schéma d’interprétation du Parc national vise à définir un «récit» du territoire avec le plus grand nombre d’acteurs. Ce travail doit lisser les effets de la frontière départementale et nous projeter autour d’une identité fédératrice. Ce «récit» est destiné à organiser la mise en tourisme et l’équipement du territoire du Parc national, en identifiant des lieux, des thématiques, des messages, des cibles et donc à structurer une partie de notre communication. Ce «récit» coconstruit avec le territoire doit faciliter la mise en oeuvre des transitions que nous devons conduire. Enfin, il doit prendre une forme concrète par l’installation sur différents sites du territoire d’objets destinés à faciliter l’interprétation. Le schéma d’interprétation sera présenté au Conseil d’administration pour approbation en novembre 2023.


Mettre en oeuvre la charte et assurer l’ancrage territorial du Parc national


Mise en oeuvre de la charte
L’élaboration et l’adoption des conventions d’application de la charte avec les communes adhérentes doivent être poursuivies en 2023.

Finalisation des partenariats
L’année 2023 sera aussi l’occasion pour le Parc national de s’inscrire dans un écosystème d’acteurs de plus en plus large. Le partenariat et la convention de mutualisation avec l’OFB doivent permettre de définir nos chantiers de travail en commun ainsi que les modalités de partage des ressources, tel que prévu par la convention tripartite entre le Parc national, l’OFB et l’ONF. Des conventions de partenariats avec les chambres consulaires ainsi qu’avec des acteurs clé de la biodiversité (Conservatoires d’espace naturel, conservatoire botanique national) seront aussi mises en oeuvre et déclinées en plans d’action afin de les rendre opérantes.

Réseau d’observatoires et de comités de suivi
La charte prévoit la création de multiples observatoires. Après son approbation en novembre 2022 par le Conseil d’administration, l’observatoire cynégétique devra devenir opérationnel dès le début 2023. En parallèle, les réflexions sur la mise en oeuvre de l’observatoire des forêts devront permettre d’acter sa mise en place idéalement en 2023. La consolidation de l’observatoire socio-économique vient achever ce premier panel. Ce troisième observatoire en regroupera plusieurs prévus à la charte (observatoire foncier, observatoire économique, observatoire agricole) afin de créer des économies d’échelle.
Le comité de suivi de la réserve intégrale, institué par le Conseil d’administration du 7 juillet 2022 sera rendu opérationnel dès 2023 ainsi que le comité de suivi de l’évaluation de la Charte (COVUEV) institué par le Conseil d’administration du 10 novembre 2022.

Poursuivre les investissements structurants du Parc national
L’année 2023 doit voir l’achèvement des chantiers des abris des quatre portes de coeur qui sont des équipements structurants pour l’ancrage territorial de l’établissement.
La réalisation de la boucle équestre devra être finalisée, et la création d’un sentier GR de pays, engagée. La mise en oeuvre de mobiliers urbains dans les communes sera lancée.

Assurer la mobilisation citoyenne
La mobilisation citoyenne sera poursuivie en 2023 avec le lancement des deux premiers Atlas de biodiversité communale (ABC), la concrétisation de 4 aires terrestres éducatives et la poursuite des actions de communication, d’animation et d’Education à l’Environnement et au Développement Durable.

Contribuer aux travaux inter-parcs et au rayonnement national et international du Parc national de forêts
Groupes de travail inter-parcs
L’établissement public poursuivra et amplifiera sa participation à la dynamique inter-parcs. Le Parc national de forêts poursuivra en 2023 sa mobilisation active auprès du réseau des parcs nationaux français. Le partage d’expériences entre Parcs nationaux sera utile et précieux.

Rayonnement national et international
Le Parc national s’efforcera, dans la limite de ses moyens, de répondre aux sollicitations valorisant ses retours d’expérience au niveau national et international
Il apportera sa contribution à la mise en oeuvre de la Stratégie nationale des aires protégées. A ce titre, il soutiendra toute disposition visant à renforcer la protection des patrimoines par d’autres dispositifs réglementaires (arrêtés de protection de biotope, grands sites, réserve internationale de ciel étoilé, reconnaissance au patrimoine mondial de l’UNESCO, etc.)

 

En bref, liste non exhaustive de projets à venir…

Accompagnement du territoire
•Construction du COP 2024-2028 et sa déclinaison opérationnelle dans un projet d’établissement
•Conception du dispositif d’évaluation de la charte en lien avec l’animation des instances de suivi et d’évaluation créées lors du Conseil d’administration de novembre 2022
•Déploiement du partenariat avec les 2 chambres d’agriculture avec la signature de la convention pour la mise en oeuvre d’un projet agricole partagé sur le territoire du Parc national.
•Déploiement des Mesures agro-environnementales et climatiques(MAEC) sur le territoire du Parc national
•Finalisation de la boucle équestre avec la mise à disposition du public de 7 haltes et d’un itinéraire entièrement balisé
•Création d’un GR de Pays permettant de relier les sentiers de randonnée existants –GR 2, GR 7, GR 145
•Conception d’un guide touristique dédié au Parc national avec pour objectif une publication en 2024
•Déploiement de la boutique du Parc national de forêts
•Déploiement de réseaux thématiques d’entreprises, notamment autour des start-ups de la Greentech, des entreprises de la filière boiset l’identification du territoire du Parc national comme un territoire d’expérimentation pour le biomimétisme forestier.
•Organisation de 2 conférences des maires en 2023 (printemps et automne)
•Mise en oeuvre de la stratégie d’intervention du Parc national, notamment par la mise en oeuvre de fiches actions et d’appels à projets 2023.

Gestion & Protection
•La préfiguration de l’observatoire sylvicole du Parc national constitue une priorité stratégique pour l’établissement. Mis en place en lien avec le Conseil scientifique, cet observatoire aura pour première mission de définir et dimensionner un dispositif de recueil et d’analyse de données destiné à s’inscrire dans la durée sur le temps long.
•Mise en place du Comité de suivi du plan de gestion de la Réserve intégrale.
•Miseenplace de l’observatoire cynégétique du Parc national de forêts co-animépar les fédérations départementales de chasseurs de Côte-d’Or et de Haute-Marne et le Conseil scientifique du Parc

Connaissance & patrimoines
•Suivi et le déploiement des études prévues au plan de gestion de la Réserve intégrale. Une première étude sur les papillons a été lancée en fin d’année 2022. Il s’agira de déployer les autres évaluations naturalistes nécessaires afin d’établir un état initial de la Réserve intégrale. Une hiérarchisation des études sera faite en lien avec le CS afin de mieux identifier les priorités.
•Réalisation d’études des pressions sur les espèces protégées, notamment oiseaux et chiroptères, groupes taxonomiques potentiellement impactés par les projets éoliens et les réseaux de transport d’énergie électrique. Compte tenu du nombre d’espèces potentiellement à étudier (environ une trentaine de chiroptères et plus de 160 oiseaux), ces études cibleront d’abord des espèces parapluies (telle la cigogne noire) ou les espèces les plus menacées (classement CR, EN ou Vu des listes rouges de l’UICN).
•Réalisation des deux Atlas de la Biodiversité Communalesur Colmier-le-Haut et Val des Tilles. Ce projet donnera lieu à capitalisation d’expérience pour lancer de nouveaux ABC.
•Réalisation d’études et le développement d’un plan d’actions sur la gestion des lisières en coeur de Parc national. Cela comprend notamment le déploiement d’une étude par le Conservatoire Botanique National du Bassin parisien sur la gestion des bords de route(arbres, accotements, etc.).
•Mise en place de l’observatoire sanitaire du Parc national, déploiement de formation à l’intention des gardes moniteurs et des agents mutualisés ONF Connaissances pour l’observatoire sanitaire. L’objectif est de sensibiliser à la détection des mortalités d’espèces animales voire de permettre à des agents de se spécialiser sur la prise d’échantillons
•Finalisation du guide de recommandations architecturales, qui doit être publié au premier semestre 2023
•Poursuite de la dynamique autour de l’inventaire du patrimoine bâti. L’objectif est de continuer à construire des bases de données sur le patrimoine bâti présent sur le territoire du Parc et de valoriser ces nouvelles connaissances auprès des différents publics
•Concrétisation du schéma d’interprétation du Parc national avec l’organisation d’ateliers et le rassemblement de nombreux acteurs du territoire dans le cadre d’une gouvernance participative
•Engagement d’un travail sur la pollution lumineuse, avec la réalisation d’un diagnostic par un prestataire extérieur, travail qui sera accompagné par la construction d’un programme de mobilisation des acteurs du territoire. Ce travail est conduit dans le cadre du réseau interparcsnationaux.
•Avancement du travail d’interprétation sur les portes de coeur d’Arc, Auberive et Chatillon qui comprendra une part importante d’aménagements et de scénographie. Pour ce qui est de la porte de coeur de Chalmessin, des travaux d’aménagement pourront aussi être engagés en fonction des conclusions du travail mené par le CIN d’Auberive en 2022. Des triptyques seront posés sur plusieurs sites pré-identifiés
•Assurer la structuration et la gestion des données géomatiques du Parc national et assurer la production des documents cartographiques du Parc
•Assurer le déploiement et la maintenance des logiciels métiers Géonature et Géotrek. Géotreck permettra de mettre à disposition du public une application présentant les sentiers de randonnée du Parc national.

Communication & pédagogie
•Déploiement des programmes d’animation notamment sur les périodes de vacances scolaires. Ce programme mobilise un réseau d’animateurs nature pendant la période estivale et s’appuie également sur les Volontaires du Service Civique Parc national et les agents mutualisés ONF
•Suivi des 4 aires terrestres éducatives lancées en 2022 et le déploiement de partenariats avec d’autres écoles
•Conception d’un premier livret pédagogique à destination des enseignants du primaire
•Suivi de l’écriture et l’envoi de la newsletter du Parc national, animation des réseaux sociaux et mise à jour du site web
•Organisation du festival Nuits des Forêts et présence du Parc national sur des salons (Festival de Montier-en-Der…) et manifestations locales (ex : Fête de l’automne, marchés…)
•Campagne de communication Printemps-Eté 2023 –«Site de rencontres» saison 2

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi...

Le Président d'Atout France en Côte-d'Or sur la Route des grands crus de Bourgogne, un outil qui fêtera ses 90 ans en 2027
François SAUVADET, Président du Conseil départemental de...
Echangeur d'Ahuy - LiNo-RN274 : Phasage des travaux janvier - juin 2023
Le démarrage opérationnel des travaux de modification de...
LiNo - RN274 : modification de l'échangeur d'Ahuy
Actuellement en période de préparation, le démarrage...
#defensedesterritoiresruraux, les élus demandent au ministre de rétablir l'accès international de Roissy-CDG via la gare TGV de Montbard
Il est nécessaire de rétablir le TGV reliant Lille à...
Château de Châteauneuf : Fermeture provisoire du 1er janvier au 1er mai 2023
La Région Bourgogne-Franche-Comté, propriétaire du...
Les informations marquantes du Conseil Métropolitain du jeudi 15 décembre 2022
François REBSAMEN, maire de Dijon et président de Dijon...
Signature de la convention-cadre de partenariat entre les musées de la ville de Dijon et le musée du Louvre
La Ville de Dijon porte depuis plusieurs années un projet structurant...
CA FAIT DU BIEN DE SE RETROUVER ! Une petite phrase sur toutes les lèvres au Salon des maires de Côte d'Or
Avec une centaine d'exposants, le Salon des maires de Côte-d’Or...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à améliorer votre expérience utilisateur.