Entre vignobles et patrimoine rural, rencontre avec Serge Grappin... maire de Saint-Romain !

Entre vignobles et patrimoine rural, rencontre avec Serge Grappin... maire de Saint-Romain !

Info+ :

Mairie
Adresse place de la Mairie - 21190 Saint-Romain

Tél. 03 80 21 20 16 Fax 03 80 21 68 71

Email contact@mairie-saint-romain.fr


Horaires d'ouverture Lundi 9h-12h et 14h-18h, Mercredi 9h-12h, Jeudi 9h-12h et 14h-18h 

https://www.mairie-saint-romain.fr/


29 juin 2021

Saint-Romain, c’est LE beau village par excellence. Une histoire qui remonte à la nuit des temps, des maisons traditionnelles de pierres, un paysage intimidant que l’on soit en haut ou en bas du cirque de falaises qui l’entourent. Un vignoble réputé dans le monde entier, un des plus beaux sites clunisiens de Côte-d’Or… Le décor est planté ! Alors allons à la rencontre de Serge Grappin, Monsieur le maire de cette étonnante commune du Pays Beaunois, pour papoter réalisations, projets et patrimoine. C’est parti !

Pour commencer, savez-vous que les habitants de Saint-Romain n’ont point de nom ? Eh bien si et ils n’en ont jamais eu ! Monsieur le maire est donc l’édile de ceux qu’on surnomme « les Arabes », pour peu qu’ils demeurent en haut, et les « Bédouins », s’ils résident en bas… heureusement il n’y a pas de milieu ! Peut-être est-ce là une cause des « guerres des colonies » (ouh le vilain mot), allez savoir ? Ce village de 250 habitants est donc distribué en deux étages, deux entités distinctes. Saint-Romain-le-Haut où se situent l’église du XVe siècle et les ruines du château et Saint-Romain-le-Bas où se trouvent la mairie, l’école et où se déroule l’essentiel de l’activité du village. 

Et pour sourire, Serge Grappin lance tout de go « en fait je n’ai jamais cherché à être maire », décidément il est singulier ce village ! Après deux mandats de conseiller, puis un passage à blanc sans mandat d’élu, il est sollicité pour les municipales de 2014 pour s’inscrire sur une liste et Vlan, Paf, le voici devenu maire sans l’avoir cherché. Mais pas une punition, une chance, celle de pouvoir poursuivre le travail de ses prédécesseurs qui ont toujours œuvré dans le sens de la préservation des patrimoines.

En effet, en 1999, au siècle dernier si vous préférez, le village est classé en ZPPAUP (je viens à votre secours ce sont les anciennes zones de protection du patrimoine architectural urbain et paysager) transformé en AVAP (aires de mise en valeur de l’architecture et du patrimoine) en 2015 et SPR (sites patrimoniaux remarquables) autant dire que le village est beau, très beau et très protégé non seulement sur le plan du bâti rural, mais aussi de son environnement puisque Saint-Romain est une zone Natura 2000 pour ses pelouses calcaires et les creux de nidification du Faucon pèlerin.

Tout pour ravir Monsieur le maire qui, accessoirement, est archéologue, professeur d’art plastique, auteur d’ouvrages portant sur ses recherches et celles de la Maison du Patrimoine. Car le Patrimoine avec un grand P c’est son fond de commerce… en quelques sortes, et ici tout gravite ou se concentre sur les pierres, l’environnement, le bien-être des habitants et surtout leur participation au renouveau, à l’embellissement d’un village sous l’œil vigilant des Bâtiments de France.

Alors forcément, pour notre archéologue, il est important d’être d’équerre et de pierre bien taillée sur ce territoire communal de 1967 hectares partagés entre forêt, vignes, plateau et cœur de village.

Le début de ce mandat fut celui des batailles un peu ingrates, comme celle nécessitant de mobiliser une sous-préfète, la police de l’eau, un huissier et les ABF, face à un propriétaire fort indélicat ayant édifié un bâtiment « hors clous » sur un site classé et sans autorisation, une sorte de cumul de peines ! Le site est sauvé et s’y trouve désormais le moulin restauré qui y tenait place. Pas de conflit en solde de tout compte, mais un respect mutuel entre le maire et son administré, fruit du dialogue, de la pédagogie et de respect de la loi. La pédagogie et le dialogue ! Ce sont les maîtres-mots de Serge Grappin qui joue la carte, avec son conseil municipal, d’expliquer les sujets « communaux » aux habitants et de les rendre acteurs à part entière du développement du village, du bien-vivre qui y règne… Restauration, embellissement, aménagements environnementaux, tout est sujet à la discussion et aux échanges. A Saint-Romain, le partage et la convivialité sont de mise à bien des occasions.

Ainsi 2020 a été marquée par la solidarité et la bienveillance quand les habitants se sont mobilisés bénévolement pour la confection et la distribution gratuite de masques aux habitants du village et de blouses pour l’hôpital de Dijon ainsi qu’à l’EPHAD de Nolay. Une équipe de 15 couturières s’est réunie pour coudre des masques, soutenue par de multiples donateurs de tissus et d’élastiques, de prêt de machines à coudre. Un réseau de soutien et d’aide s’est également développé pour permettre à ceux qui en avaient besoin de faire les courses, de garder les enfants. Le temps libre, imposé par le confinement, a été mis à profit de la reconstruction du mur, place du Pont.

Ce fut le soutien tant en matériaux de récupération qu’en encouragements divers… petit café, bières fraîches, etc… lors de la construction du muret de la place du Puits et la participation des riverains au pavage de leurs entrées privées afin d’harmoniser les bas-côtés de la RD17 traversant le village bas, ce qui n’allait forcément pas de soi ! Cette importante opération d’un montant total de 300 000€ a été initiée il y a 4 ans et a mobilisé une vingtaine de responsables représentant l’État, le Conseil Départemental, la Communauté d’Agglomération Beaune Côte et Sud, TP Géomètres Experts, l’entreprise Rougeot et bien entendu la Commune de Saint-Romain. Un projet difficile au regard d’une route très pentue, extrêmement étroite et sinueuse (j’ai testé pour vous), le tout bordé par de nombreuses entrées de cour de particuliers.

Il a fallu procéder au passage de gaines pour la fibre avant les travaux (de nouveaux terrassements étant interdits ensuite pendant 5 ans), suspendre l’activité de l’entreprise Rougeot durant le confinement, solutionner l’effondrement d’un mur de soutènement… Par ailleurs, il a été impérieux d’harmoniser les abords de la route (pavage des caniveaux, végétalisation des bas-côtés) avec la qualité architecturale des maisons riveraines. A ce sujet, Serge Grappin n’est pas peu fier de ce village où les habitants fleurissent leur maison, végétalisent les abords des rues, harmonisent (sur leurs deniers) les entrées de cour…

Ce qui fait dire à Monsieur le maire que « ces actions et ces moments traduisent le développement de la conscience que le village est un bien commun, que sa protection et la mise en valeur de son patrimoine sont le résultat de cette appropriation. Un village vivant, un village en harmonie est un village dont les habitants se sont imprégnés, par lequel ils se sont sentis concernés, qu’ils se sont appropriés pour en partager et en faire valoir le meilleur ».

Dans un message aux « Arabes » et aux « Bédouins » Serge Grappin « souhaite que chacun fasse en sorte que le paysage, dont le vignoble est une caractéristique importante, soit l’objet de l’attention de tous en s’appuyant sur la Commission des Sites Remarquables, l’aide de l’Association des Climats du Vignoble de Bourgogne et les mobilisations citoyennes prévues en 2021… Mettre en valeur la qualité de notre patrimoine n’est pas entraver le développement économique de la commune. La construction de deux cuveries, la restauration de domaines viticoles et de gîtes illustrent cette préoccupation. »

Il remercie tous les particuliers qui ont compris cette nécessité de respecter les prescriptions de l’Architecte des Bâtiments de France. Ainsi, lorsque quelqu’un apporte une modification concernant des biens privés, il faut être conscient qu’on touche également un bien commun à tous. 

Monsieur le maire évoque les travaux engagés sur les bâtiments communaux et notamment la grille de la cour de la mairie, l’accessibilité de l’école, la réfection de l’électricité dans le musée, la sécurisation de l’église… rien qui ne fut rendu possible sans l’investissement sans faille du conseil municipal.

On s’est aussi mobilisé par de nombreux dons permettant la restauration de la sacristie et des statues de l’église. Projet qui a reçu le soutien de la DRAC, du Conseil Départemental et de la Fondation du Patrimoine. Dons et subventions qui ont permis de ne pas peser sur le budget communal ! En effet, 2020 a vu se terminer la seconde tranche de travaux programmée dans l’église où il s’agissait de restaurer deux statues classées Monuments Historiques. Une belle réussite !

Les statues en bois polychrome du XVIIème siècle de la nef représentant Saint-Hilaire et Saint-Vincent étaient fortement attaquées par des insectes xylophages. Les statues de la chapelle Saint-Jean, représentant Saint-Antoine en pierre polychrome du XVIème siècle et Saint-Benoît en bois polychrome du XVIIème siècle ont bénéficié d’un travail d’une très grande qualité retrouvant ainsi une saisissante expressivité.

A Saint-Romain, il y a des gamins ! 15 enfants sont scolarisés et pas de fermeture de classe à l’horizon… Marius est le nouvel instituteur et, par chance, il est nommé à titre définitif avec la particularité de se poser sur la pédagogie Freney qui repose sur l’acquisition de l’autonomie par ses élèves et le développement de leurs coopérations. Là aussi… on participe !! Et ce ne sont pas les projets qui manquent entre l’obtention d’un label éco-école, la mise en place d’un système aquaponique, la participation au concours « Parlement des enfants » organisé par l’Assemblée Nationale, un séjour à la maison du Patrimoine de Saint-Romain, une opération de ramassage des déchets dans le village, une correspondance avec une école de Quetigny, la publication d’un livre de cuisine, la restructuration de la bibliothèque de l’école… Pas de quoi s’ennuyer et tout pour devenir un citoyen motivé et responsable !

Mais pour Monsieur le maire pas question de mettre le conseil municipal au repos ! 2021 est une année de projets avec la réfection de la rue de la Pierre Ronde, l’installation de panneaux photovoltaïques sur le toit du hangar communal, la continuation de la sécurisation des rochers de Saint-Romain-le-haut (à proximité des sentiers de la Tartebouille), la sécurisation de la rivière du Verger dans la traversée du village, l’entretien des pelouses calcaires du Marsain, la mise en place d’une exposition rétrospective de l’œuvre de Roland Thévenin.

Et puis ici, on n’a pas envie du tourisme de masse, des autocars plein de touristes, de maisons fermées toute l’année. Alors Serge Grappin plaide pour ce qui lui tient le plus à cœur, la préservation des patrimoines. L’idée a donc germé qu’avant de voir arriver les agences immobilières comme un vol de vautours autour d’une carcasse défraichie, il est recommandé aux habitants de proposer leur bien à la vente aux proches, aux amis, aux amis des amis etc … BREF ! Il s’agit de garder des maisons ouvertes toute l’année, habitées par des familles des employés des vignobles et d’éviter la razzia des afficionados de la chambre d’hôte haut de gamme dans un paysage de rêve.

Au-delà de son mandat de maire, Serge Grappin est un chercheur, un découvreur un peu obstiné, certes, mais partageur. Alors son bébé c’est la Maison du Patrimoine ! Située au cœur du village, elle est un centre de recherches, d’études et de formation permettant au public d’exploiter les différentes approches disciplinaires susceptibles de mettre en évidence la formation et la transformation du village et de son terroir, de la Préhistoire à nos jours. Archéologie, histoire, ethnologie, architecture rurale, géologie, environnement constituent principalement les domaines d’intervention. La transmission des connaissances à travers la pédagogie du patrimoine naturel et culturel constitue l’activité principale de la Maison du Patrimoine. L’accueil de classes du premier et du second degrés se réalise tout au long de l’année dans le cadre de projets coconstruits avec les enseignants.

Serge Grappin reconnait être un idéaliste. Monsieur le maire a, quant à lui, les pieds bien ancrés au pied des falaises de Saint-Romain, ce site exceptionnel bénéficiant du programme LIFE de la Commission européenne qui permet de financer des projets dans les domaines de l'environnement, la biodiversité et du climat. Un maire ancré dans la tradition des terres vigneronnes, dans l’esprit de partage de l’éducation populaire, estampillé artiste avec ses crayons de papier et ses croquis colorés, le regard vissé sur ce qu’il n’a pas encore découvert…

A Saint-Romain, le 14 juillet, on fera la fête. De ces belles fêtes villageoises où on sort les paniers, le saucisson et les clafoutis à partager entre vignes, mairie et vieux pressoir. Où on sort la musique en débouchant du Saint-Romain !

En 1300, le Duc de Bourgogne achète l’ensemble de la seigneurie comprenant le village avec ses huit moulins, ses étangs et ses granges. Des fouilles ont mis au jour une nécropole mérovingienne et les restes de la chapelle castrale. Après le somptueux tilleul foudroyé, on peut emprunter un sentier archéologique en passant le long du fort Champagne pour rejoindre les ruines du vieux château avec une vue à couper le souffle au milieu d’une flore magnifique.

 Crédit photos tous droits réservés ©Marie Quiquemelle

 

 

Entreprise RougeotEntreprise Rougeot, Un partenaire engagé pour les communes et leur média 
L’histoire de l’entreprise Rougeot s’inscrit au plus près des communes du département. Sur le modèle de leur père, Hubert Rougeot, Christophe et Thierry s’engagent dans leur territoire. Quand leur aîné était élu local, les deux dirigeants choisissent de soutenir des actions de mécénat auprès des clubs sportifs ou d’associations culturelles. Pour l’entreprise Rougeot, c’est une façon concrète de participer au bien-être du territoire. Avec ses différentes activités, l’entreprise intervient du nord au sud de la Côte-d’Or, aux côtés des collectivités de toutes tailles pour les accompagner dans la réalisation de leurs projets. Pour combiner ses différents aspects, l’entreprise Rougeot poursuit son implication en choisissant d’accompagner l’Echo des Communes. Son soutien s’est naturellement tourné vers la rubrique "Au cœur de communes", destinée à valoriser le territoire et ses acteurs publics.www.rougeot-tp.com

 

 

 

 

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez aussi...

#nosintercos Rencontre avec Didier Lenoir, président du Mirebellois Fontenois, une terre d'avenir et de projets !
A deux pas de la métropole dijonnaise, proche de la Haute Saône et...
Nuits-Saint-Georges emblème du bien vivre à taille humaine... ou le secret de fabrication d'Alain Cartron !
Classée Site Patrimonial Remarquable pour son bâti,...
Ahuy garde son âme de village et son air de campagne au coeur de la Métropole... Rencontre avec Dominique Grimpret, maire rural !
Ahuy ce sont 1549 habitants, beaucoup d’enfants, des petits commerces de...
Arnay-le-Duc ou le réveil de la belle endormie ! Rencontre avec Benjamin Leroux pilote de l'équipe municipale
Située sur la voie romaine d'Autun à Langres, Arnay-le-Duc est...
Semur en Auxois, c'est un pari sur l'avenir au coeur d'un territoire rural... Rencontre avec Catherine Sadon
Quatre tours imposantes, une collégiale aux allures de...
« Cette église, c'est la nôtre ! »
Issue du milieu bancaire, Jocelyne Beaunée est aujourd’hui...
Santenay le village passion de son maire Guy Vadrot !
Santenay, forcément ça fait rêver ! Des premiers crus...
Jacques Frotey... être tout simplement maire d'un village connu dans le monde entier, Pommard !
Forcément si on vous dit Pommard, vous pensez Route des Grands Crus,...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à améliorer votre expérience utilisateur.